Aménagement automnal île aux cerfs

Le COVABAR a continué son bon travail à l'île aux cerfs en continuant son entretien et amélioration des berges pour en éviter l'érosion. Cette section de la rivière Richelieu accueille une des rares aires de fraie du Chevalier cuivré.

Aménagement automnal île aux cerfs
Aménagement automnal île aux cerfs
« 1 de 20 »

Beloeil, le 29 novembre 2017 – Le Comité de concertation et de valorisation de la rivière Richelieu (COVABAR) est heureux d’annoncer, encore cette année, la réalisation de travaux de stabilisation à l’île aux Cerfs afin de protéger le chevalier cuivré et d’autres espèces de poisson en péril.

La rivière Richelieu, source d’eau potable des villes établies en bordure de ses rives, est un écosystème aquatique riche. Cependant, certaines espèces présentes dans la rivière sont menacées d’extinction. L’une de ces espèces est le chevalier cuivré, poisson que l’on retrouve uniquement dans la rivière Richelieu et quelques tronçons du fleuve Saint-Laurent.

Situation du chevalier cuivré

La population actuelle de chevaliers cuivrés est estimée à seulement quelques milliers d’individus, le nombre de géniteurs est faible et ceux-ci sont vieillissants. Les herbiers entourant les îles Jeannotte et aux Cerfs offrent un habitat et une aire d’alimentation aux jeunes chevaliers cuivrés, mais également à d’autres espèces à statut précaire comme le chevalier de rivière, le fouille-roche gris, le dard de sable et le méné d’herbe.

Depuis 2016, une équipe du COVABAR réalise des travaux sur l’île aux Cerfs, située entre Saint-Marc-sur-Richelieu et Saint-Charles-sur-Richelieu. Ces travaux ont pour objectif de stabiliser les rives de l’île, lesquelles s’érodent et se décrochent peu à peu sous l’effet des vagues, des glaces et des crues.

Nouvelle section de l’île

Cet automne, le COVABAR entreprenait des travaux sur une nouvelle section de l’île. D’une part, les aménagements comprenaient l’installation de rouleaux biodégradables permettant de briser les vagues et de retenir les sédiments se détachant des berges de l’île.

1100 plantations

D’autre part, la plantation de 1000 boutures de saules indigènes et d’une centaine de plantes aquatiques permettra de stabiliser les zones érodées.

Vous pouvez vous aussi participer à la protection de ces îles en réduisant votre vitesse à proximité des berges des îles Jeannotte et aux Cerfs, afin de diminuer au maximum les effets de l’érosion sur les rives par les vagues.

Contact

Pour de plus amples renseignements sur ce projet ou pour toute autre information, vous pouvez communiquer avec le COVABAR par téléphone au 450-446-8030 ou par courriel à vincent.coutu@covabar.qc.ca.

Nous avons de nombreuses photos des travaux disponibles pour les médias.

Source :
Vincent Coutu, M. Env – biologiste et responsable de la sensibilisation
Tél. :(450) 446-8030
Courriel : vincent.coutu@covabar.qc.ca

Articles semblables