Répartition de la population

Avec 469 113 habitants (adapté de MAMROT, 2014), le bassin versant possède une densité humaine moyenne de 184 hab./km². Cette densité de population est supérieure à celle de la Montérégie qui est de 134,9 hab./km² (Institut de la statistique du Québec, 2013).

À titre de comparaison, signalons que, en 2013, la densité de population de la région de Montréal atteignait 3 935,7 hab./km² alors que celle de la région de Lanaudière était de seulement 39,7 hab./km² (Institut de la statistique du Québec, 2013).

La densité de population est très variable entre les municipalités du bassin versant (annexe A.1).

Les municipalités les plus densément peuplées sont Longueuil (1 964 hab./km), McMasterville (1 674 hab./km), Otterburn Park (1 489 hab./km) et Brossard (1 627 hab./km) alors que les moins densément peuplées sont Saint-Bernard-de-Michauville (8 hab./km), Saint-Sébastien, Hemmingford Canton et Saint-Valentin (11 ou 12 hab./km) (MAMROT, 2014).

Dans le bassin versant, la majorité des municipalités à forte densité humaine sont essentiellement localisées aux abords de la rivière Richelieu, le long des deux principaux axes routiers (routes 116 et 112), ainsi que dans la portion ouest du territoire, soit à proximité du fleuve Saint-Laurent et de Montréal.

Les municipalités à faible densité sont réparties sur tout le reste du territoire (carte A.10), ces dernières étant majoritaires. Ce contraste illustre la fragmentation existante au sein du bassin versant entre les municipalités à vocation urbaine et les municipalités à vocation rurale.

En termes de répartition de la population, une grande majorité (64, 62 %) des municipalités du bassin versant comptent moins de 5 000 habitants chacune et seules huit municipalités ont plus de 20 000 habitants (figure A.9).

Dans les faits, près de 72 % de la population du bassin versant se concentre dans neuf municipalités : Sorel-Tracy, Longueuil, Saint-Jean-sur-Richelieu, Chambly, Belœil, Sainte-Julie, Mont-Saint-Hilaire, Saint-Bruno-de-Montarville et Saint-Basile-le-Grand (MAMROT, 2014).

Figure A.9 Répartition des municipalités selon leur population

Carte A.10 Les municipalités selon la densité de leur population

Évolution de la population

Depuis le recensement de 1986, la population du bassin versant est passée de 271 988 habitants (SDA, 2008) à 469 113 habitants en 2014 (adapté de MAMROT, 2014), soit une augmentation de plus de 71,5 %. Il s’agit d’un taux largement supérieur à celui du Québec (+21,5 %) et à celui de la Montérégie (+33,6 %) (Institut de la statistique du Québec, 2015).

Cet écart de croissance entre les moyennes montérégienne et provinciale s’explique principalement par la conjugaison d’un mouvement massif de population de l’agglomération montréalaise vers les banlieues et par le phénomène non négligeable de régionalisation des immigrants internationaux.

Par exemple, l’accroissement total de la population des MRC du bassin versant entre 1986 et 2001 s’élevait à 35 352 habitants dont près de 50 % (16 791 habitants) provenait d’un accroissement migratoire (Statistique Canada, 2001).

Cette croissance démographique n’est pas uniforme au sein du bassin versant. Les municipalités dont l’augmentation de population est la plus importante sont essentiellement regroupées au centre du bassin versant.

Elles correspondent à des municipalités de la banlieue immédiate de Montréal. Les plus fortes augmentations de population parmi les municipalités du bassin versant entre 1986 et 2013 ont été enregistrées dans les municipalités de Longueuil, Saint-Jean-sur-Richelieu, Sorel-Tracy et Sainte-Julie (carte A.11).

En termes de taux de croissance, la municipalité de Saint-Amable a obtenu une progression de 29,4 % pour la période 2006 – 2011 (Statistique Canada, 2001; 2012).