Quelques milieux humides présents sur le territoire sont protégés. Voici un aperçu de certains sites importants sur le territoire du bassin versant de la rivière Richelieu.

Rivière du Sud

Les abords de la rivière du Sud sont des sites très riches en milieux humides (Carte G.3). L’organisme Canards Illimités Canada a mis en place le programme intégré de conservation de la rivière du Sud, lequel vise une superficie totale de 11 060 hectares et veille à conserver l’un des derniers joyaux écologiques non fragmentés de cette importance dans le sud-ouest du Québec. La mise en place de ce programme est importante, car ce territoire se trouve entouré de zones d’agriculture intensive de soya et maïs.

Il veille donc à protéger à perpétuité l’environnement exceptionnel qu’est la rivière du Sud en protégeant les milieux humides présents et en restaurant ceux qui ont été dégradés. Il permet une meilleure gestion de l’aménagement du territoire en plus de sensibiliser la collectivité locale à l’importance des milieux humides.

À l’intérieur même de cette zone de préservation, on note la présence de deux aires protégées : la Réserve Écologique Marcel-Raymond et la Pointe du Gouvernement (carteG.2).

Carte G.2 Les milieux humides de la rivière du Sud

Réserve écologique Marcel-Raymond

La réserve écologique Marcel-Raymond est située au confluent des rivières du Sud et Richelieu et couvre une superficie de 64,21 hectares. Il y a présence d’un marécage arborescent (près des 2/3 de la superficie de la réserve écologique), d’un marécage arbustif, d’une prairie humide, d’un marais et d’un herbier aquatique.

PHOTOS

Pointe du Gouvernement 

Au même confluent que la réserve écologique Marcel-Raymond, se trouve la Pointe du Gouvernement qui a une superficie de 38 hectares. Ce marécage est protégé par un organisme privé, la Société de conservation des milieux humides du Québec (SCMHQ) (Saint-Laurent Vision 2000, 2001). Cette aire protégée est un habitat pour seize espèces menacées ou vulnérables ou susceptibles d’être ainsi désignées (Environnement Canada, 2001).

Parmi ces espèces, quatre ont un statut d’espèce en péril selon le Comité sur le statut des espèces en péril au Canada (COSEPAC) : le petit blongios (Lxobrychus exilis), la paruline azurée (Dendroica cerulea), la tortue molle à épines (Apalone spinifera) et le carex faux-lupulina (Carex lupuliformis). Ces deux dernières possèdent également le statut d’espèce menacée au Québec.