Plusieurs solutions peuvent être mises en place afin de venir en aide aux espèces ayant un statut précaire. Souvent, des changements dans nos modes de vie seront nécessaires.

Pensons simplement aux activités récréatives et au développement domiciliaire qui peuvent leur nuire. La création d’aires protégées et la sensibilisation de la population peuvent être des avenues fortement envisageables (voir section F.1.3.1).

Deux autres actions sont ici détaillées : les passes à poissons et les plans de rétablissement.

Passes à poissons

La passe migratoire multi espèces Vianney-Legendre sur le barrage de Saint-Ours
Observation pour le public

Les passes à poissons représentent une déviation artificiellement créée pour permettre et faciliter le passage des poissons au niveau des barrages. On a recours à trois principaux types de passes migratoires. Il y a, tout d’abord, la passe migratoire en gradins, la passe migratoire à cloisons percées de fentes verticales (échelle à poissons) et la passe migratoire à déflecteurs.

Sur la rivière Richelieu, depuis la fin des années 1960, la migration du chevalier cuivré et des autres espèces de poissons était fortement compromise par la restauration du barrage de Saint-Ours. C’est pourquoi une nouvelle passe multi-espèces a été mise en service au printemps 2001. Depuis, les résultats sont très encourageants. Plusieurs scénarios ont été testés et comparés pour évaluer les facteurs favorisant le passage du chevalier cuivré et des autres espèces ciblées (c.-à-d. l’esturgeon jaune, l’alose savoureuse, l’anguille d’Amérique et le chevalier de rivière) par cette passe. De plus, à la hauteur du barrage de Chambly, il y a une passe à anguilles.

Plans de rétablissement

Une fois qu’une espèce est désignée menacée ou vulnérable, un plan de rétablissement est élaboré. Ce plan a deux volets : la stratégie de rétablissement et le plan d’action. Ce plan définit les buts et les objectifs de rétablissement, les méthodes d’approche et les mesures à prendre pour réaliser le rétablissement d’une espèce en voie de disparition ou menacée.

  • Stratégie de rétablissement : elle définit les buts et les objectifs du rétablissement d’une espèce ou de plusieurs espèces en voie de disparition ou menacées.
  • Plan d’action de rétablissement : il définit les projets et les activités de rétablissement répartis sur une période de cinq ans et en établit les priorités en vue de réaliser les buts et les objectifs décrits dans la stratégie de rétablissement. Entre autres, il indique le responsable de ces activités et à quel moment elles seront accomplies.

Dans le bassin versant de la rivière Richelieu, le chevalier cuivré, la tortue molle à épines, l’aigle royal, la pie-grièche migratrice, le fouille-roche gris, le faucon pèlerin, l’alose savoureuse, la rainette faux-grillon de l’Ouest, la tortue des bois et certaines espèces de cyprinidés et petits percidés bénéficient d’un plan de rétablissement.