En 2008 et 2009, une étude a été réalisée dans la rivière Richelieu afin de documenter la présence de produits pharmaceutiques et de soins personnels (PPSP) et d’hormones dans le réseau d’eau potable (Robert et coll., 2011). Cette étude s’inscrit dans le cadre des activités du Programme de surveillance sur la qualité de l’eau potable, débuté en 1985.

Afin d’évaluer la présence de ces substances dans l’eau potable et l’efficacité des processus de traitement, l’eau brute et l’eau traitée de la station d’eau potable de St-Denis-sur-Richelieu ont été analysées.

Afin de connaître l’efficacité du traitement des eaux usées et de sa contribution relative aux contaminants trouvés dans l’eau brute et traitée, les affluents et effluents de la station de Mont-St-Hilaire, située en amont, ont aussi été analysés.

La station d’épuration de Mont-St-Hilaire effectue un traitement physicochimique conventionnel en plus d’une désinfection aux UV. Dans le cadre de cette étude, 33 PPSP et six hormones ont été analysés.

La station de St-Denis comptait cinq PPSP (un stimulant, un antiseptique et trois analgésiques/anti-inflammatoires) et une hormone dans son eau brute. Sur ces six substances, trois PPSP (caféine, acétominophène et ibuprofène) ont été détectés dans 100 % des échantillons. Après traitement, seules deux substances ont été retrouvées, la caféine et l’ibuprofène, dans un seul échantillon chacune.

Les substances retrouvées dans les effluents de la station d’épuration de Mont-St-Hilaire étaient beaucoup plus nombreuses. Bien que le déversement des eaux usées se fasse en amont de la station d’eau potable de St-Denis, ces résultats sont peu étonnants en raison de la dilution que subissent ces effluents. On retrouve néanmoins cinq hormones et 11 PPSP dans les effluents de la station d’épuration (tableau B.12).

Les impacts que peuvent avoir les PPSP et les hormones sur la faune aquatique sont encore méconnus, surtout lorsqu’il est question des effets cumulés ou encore synergiques que peuvent avoir ces substances.

Néanmoins, des études portant sur les hormones comme des perturbateurs endocriniens ont démontré que, même en très faible concentration dans l’eau, ces dernières pouvaient compromettre le potentiel reproducteur de différentes espèces d’invertébrés, d’amphibiens et de poissons (De Champlain et Van Coillie, 2011).

Tableau B.12 Substances retrouvées dans les effluents

CatégoriesSubstances
HormonesEstradiol 17B
Estriol
Estrone
Testostérone
17A Éyhynylestradiol
Analgésiques/
anti-inflammatoires
Acétominophène
Ibuprofène
Naproxen
Agent kératolytiqueAcide salicylique
AntibiotiquesNorfloxacin
Sulfaméthoxazole
Triméthroprim
AnticonvulsivantCarmabazépine
AntiseptiqueTriclosan
HypolipémiantBézafibrate
StimulantCaféine