3.5.1 Constat général

Le maintien de la biodiversité est essentiel pour la santé et la résilience des écosystèmes. Les pressions exercées par les activités anthropiques, notamment en ce qui concerne la dégradation et la fragmentation des habitats et la perte de milieux humides, nuisent à la reproduction et à la survie de nombreuses espèces. La diminution de la qualité de l’eau affecte également grandement la survie de certaines espèces. Plusieurs d’entre elles ont un statut précaire (menacé, vulnérable ou susceptible de l’être), ce qui signifie que leur survie est fortement compromise.

3.5.2 Situation sur le territoire

Selon les données obtenues, en date de 2013, par le Centre de données sur le patrimoine naturel du Québec (CDPNQ), il existe 114 espèces floristiques et 35 espèces fauniques à statut précaire (espèce menacée, espèce désignée vulnérable, espèce susceptible d’être désignée menacée ou vulnérable) dans le bassin versant et la zone Saint-Laurent. C’est d’ailleurs l’un des effets tangibles de la destruction des habitats fauniques, de l’élimination de la connectivité entre ceux-ci et des pressions constantes sur ces milieux. Une description des espèces menacées ou vulnérables est présentée dans la section Milieu biologique du Portrait. Les tableaux 14 et Tableau 15 présentent ces espèces.

Tableau 14  Espèces végétales menacées ou vulnérables présentes sur le territoire

Nom latin Nom français Statut Rive, marais ou marécage Tourbière Autre
Aplectrum hyemale Aplectrelle d’hiver Menacée x
Arisaema dracontium Arisème dragon Menacée x
Carex digitalis var. digitalis Carex digital Menacée x
Carex lupuliformis Carex faux-lupulina Menacée x
Eurybia divaricata Aster à rameaux étalés Menacée x
Juncus acuminatus Jonc à tépales acuminés Menacée x
Justicia americana Carmantine d’Amérique Menacée x
Phegopteris hexagonoptera Phégoptère à hexagones Menacée x
Pinus rigida Pin rigide Menacée x
Thelypteris simulata Thélyptère simulatrice Menacée x
Ulmus thomasii Orme liège Menacée x
Acer nigrum Érable noir Vulnérable     x
Allium tricoccum Ail des bois Vulnérable x
Conopholis americana Conopholis d’Amérique Vulnérable x
Cypripedium arietinum Cypripède tête-de-bélier Vulnérable x
Goodyera pubescens Goodyérie pubescente Vulnérable x

Tableau 15  Espèces animales menacées ou vulnérables présentes sur le territoire

Nom latin Nom français Statut Habitat
Avifaune
Dendroica cerulea Paruline azurée Menacée Forêts de feuillus matures
Lanius ludovicianu Pie-grièche migratrice Menacée Pâturages arbustifs
Coturnicops noveboracensis Râle jaune Menacée Marais
Falco pelegrinus Faucon pèlerin Vulnérable Nidification : falaises à proximité d’un plan d’eau Chasse : espaces libres tels que les cours d’eau, les marais, les plages, les vasières et les champs
Ixobrychus exili Petit blongios Vulnérable Marais et marécages
Ichtyofaune
Moxostoma hubbsi Chevalier cuivré Menacée Herbiers littoraux
Ammocrypta pellucida Dard de sable Menacée Cours d’eau, rivières et lacs à fonds sablonneuxCourants suffisamment faibles pour maintenir le sable en place et suffisamment élevés pour prévenir l’envasementEaux claires où la végétation aquatique est absente ou clairsemée
Moxostoma carinatum Chevalier de rivière Vulnérable Eaux profondes de rivières de dimension moyenne dont la température estivale dépasse 20 °CFraie dans les secteurs d’eaux vives sur des fonds de roche calcaire libres d’’envasement
Percina copelandi Fouille-roche gris Vulnérable Rivières ou petits cours d’eau non perturbés situés le long de zones boisées ou agricoles et dont l’eau est de bonne qualitéCourants modérésEaux de moins de 60 cm de profondeurSubstrats grossiers composés de galets en association avec d’autres types de matériaux
Notropis bifrenatus Méné d’herbe Vulnérable Végétation aquatique submergée abondante
Herpétofaune
Apalone spinifera spinifera Tortue molle à épines Menacée Rivières, ruisseaux, lacs, étangs situés à proximité de rivières, baies marécageuses peu profondes, sablonneuses ou vaseuses
Pseudacris triseriata Rainette faux-grillon de l’Ouest Vulnérable Habitat comprenant le milieu de reproduction entouré d’une bande de 250 m de milieu terrestre : Champs et clairièresZones marécageuses arborescentesRives des plans d’eauEndroits ouverts où la végétation herbacée offre suffisamment de couvert et d’humidité
Graptemys geographica Tortue géographique Vulnérable Vastes étendues d’eau (lacs et rivières) au fond mou où l’on trouve de nombreux sites d’exposition au soleil et une riche végétation aquatique
Clemmys insculpta Tortue des bois Vulnérable Rivières sinueuses dont les fonds sont sablonneux et pierreuxBois clairs et parterres de coupe situés à proximité de plans d’eauAulnaies basses bordant les cours d’eau

Face à la situation préoccupante de certaines espèces, des plans de rétablissement ont été mis en place, notamment pour le chevalier cuivré et les cyprins et petits percidés (dard de sable, fouille-roche gris, méné d’herbe), la rainette faux-grillon de l’Ouest, la tortue molle à épine, le faucon pèlerin et le carex faux-lupulina, pour ne nommer que ceux-ci. Ces plans de rétablissement visent non seulement la survie de l’espèce, mais aussi la protection de leur habitat. Les actions qui y sont suggérées devraient être considérées en vue d’assurer la protection de ces espèces et des autres espèces vivantes dans ces mêmes écosystèmes.

3.5.3 Causes potentielles

D’une façon globale, on attribue la précarité des espèces à la destruction de leurs habitats à des fins de développement agricole et urbain. De plus, la plupart des terrains riverains sont privés et artificialisés, ce qui réduit largement le nombre d’habitats propices à la présence des espèces à statut précaire. En outre, ces espèces sont généralement plus sensibles aux pressions exercées sur leur milieu, ce qui les rend vulnérables. Par exemple, l’assèchement des milieux humides et la régularisation des eaux représentent des menaces importantes pour le carex faux-lupulina et la thélyptère simulatrice, et c’est au remblayage des berges et à l’augmentation de la pollution de l’eau que la carmantine d’Amérique doit son statut d’espèce menacée.

3.5.4 Conséquences

Les pressions exercées sur les espèces à statut précaire menacent leur survie. Ces espèces sont importantes pour les écosystèmes, puisque chacune d’elle joue un rôle. Par exemple, le chevalier cuivré peut s’alimenter de moules zébrées et freiner la propagation de cette EEE. De plus, la biodiversité est essentielle pour la résilience des écosystèmes. Il est donc important de conserver le plus d’espèces possible, y compris celles qui sont particulièrement affectées par les pressions anthropiques. Ceci est d’autant plus vrai dans un contexte de changements climatiques, lesquels provoqueront inévitablement la disparition de nombreuses espèces. Plus le nombre d’espèces est élevé à l’origine, plus les fonctions écologiques nécessaires seront efficacement remplies et plus les écosystèmes auront la capacité d’être résilients.

3.5.5 Conclusion (limites et données manquantes)

Les espèces ciblées par les plans de rétablissement sont importantes et doivent être protégées. Les espèces à statut précaire présentes sur le territoire doivent aussi faire l’objet d’une attention particulière si l’on veut assurer leur survie et préserver la biodiversité présente dans le bassin de la rivière Richelieu et la zone Saint-Laurent. Il convient de cibler les habitats privilégiés par ces espèces sur le territoire et de travailler à la mise en place de projets de conservation. Cela est d’autant plus important que les espèces à statut précaire constituent des indicateurs de la santé des écosystèmes et nous rappellent l’importance de préserver ces milieux. Ainsi, lorsqu’on déploie des efforts pour protéger les espèces à statut précaire et leur habitat, c’est l’ensemble de la biodiversité qui en bénéficie