La rivière Richelieu

La présence d’une rivière comme la rivière Richelieu représente un atout et tous aimeraient y avoir accès, citoyens locaux et visiteurs. Cependant, on peut remarquer que les aménagements pour accueillir les citoyens ne sont pas nombreux.

Il y a un réel manque d’accès publics à l’eau. Les principales infrastructures retrouvées dans les 25 municipalités riveraines sont des parcs, des haltes routières et quelques lieux historiques.

Ces infrastructures représentent un peu plus de 15 000 mètres de berges accessibles. En observant le tableau C.13, on peut remarquer que dans chaque municipalité, les dimensions des berges publiques sont relativement faibles, étant souvent inférieures à 1 000 mètres. C’est dans les villes de Belœil, Chambly, Saint-Jean-sur-Richelieu et Sorel-Tracy qu’on retrouve la plus grande accessibilité. Dans quatre des municipalités riveraines (Carignan, Henryville, Saint-Blaise-sur-Richelieu et Sainte-Victoire-de-Sorel), il n’y a aucun accès public.

Le fleuve Saint-Laurent

Le fleuve Saint-Laurent représente également un atout pour les municipalités riveraines. Les principales infrastructures riveraines présentes sont des parcs, des pistes cyclables, des quais, des rampes de mise à l’eau et des marinas. Le tableau C.14 présente les parcs riverains présents dans la zone Saint-Laurent.  

Afin d’améliorer l’accessibilité aux plans d’eau, le Programme de mise en valeur des espaces bleus du Grand Montréal bleu (Fonds bleu) de la CMM (2014) a permis la réalisation de projets riverains sur le territoire. Ceux-ci protègent et mettent en valeur les berges, les îles et les plans d’eau, dans le respect de l’environnement. Ainsi, 11 projets ont été financés sur le territoire (tableau C.13).