);
Section
Accueil > Actualités > Des nouvelles de l’étude du CMI sur les inondations du Richelieu et du lac Champlain

Des nouvelles de l’étude du CMI sur les inondations du Richelieu et du lac Champlain

Le coprésident Jean-François Cantin lors des audiences publiques de la CMI à Saint-Jean-sur-Richelieu le 7 novembre 2018
Le coprésident Jean-François lors des audiences publiques de la CMI à Saint-Jean-sur-Richelieu le 7 novembre 2018
Le Groupe consultatif public publie le présent bulletin afin de vous tenir au courant de l’étude sur les inondations du lac Champlain et de la rivière Richelieu.

Lettre des coprésidents
Nous vous remercions de l’intérêt soutenu que vous portez à cette étude quinquennale sur les causes, les impacts, les risques et les solutions liés aux inondations dans le bassin du lac Champlain et de la rivière Richelieu. L’étude a fait appel à plus de 80 experts en sciences et en politiques ainsi qu’à d’autres professionnels de divers endroits au Canada et aux États-Unis, qui se concentrent tous sur l’avancement des mesures potentielles d’atténuation des inondations pouvant faire une réelle différence pour les collectivités du bassin des deux côtés de la frontière.

Lors des réunions publiques tenues au Québec, au Vermont et à New York en novembre 2018, nous avons promis de vous présenter cet été des scénarios détaillés. L’équipe chargée de l’étude travaille actuellement à la mise au point de cette information et à l’évaluation des impacts de certaines mesures d’atténuation des inondations sur le niveau d’eau du lac et de la rivière. L’équipe chargée de l’étude évaluera également la façon dont les variations climatiques seront intégrées à la planification de l’atténuation des inondations; examinera les causes et les répercussions des inondations de 2011; élaborera un modèle décisionnel de gestion des inondations pour aider à prendre les décisions finales découlant de cette étude; et sollicitera les commentaires des divers groupes d’intervenants sur les mesures proposées par l’étude. 

La récente paralysie du gouvernement fédéral américain, qui a débuté en décembre 2018 et a duré 35 jours, a eu des répercussions sur le travail cet hiver. Par exemple, plusieurs ateliers et réunions prévus en janvier et février ont dû être reportés. Il s’agit notamment de réunions du groupe d’étude au cours desquelles des décisions clés devaient être prises, d’un atelier technique pour discuter des effets éventuels du changement climatique sur les mesures d’atténuation et de réunions des divers groupes de travail techniques qui sont nécessaires pour coordonner et faire avancer certaines tâches. L’équipe chargée de l’étude s’efforce de respecter le calendrier prévu.

Nous continuerons de vous tenir au courant de l’avancement de l’étude ainsi que des changements ou des impacts à long terme sur les activités de l’étude découlant de la récente paralysie du gouvernement fédéral américain. Merci et au plaisir de vous revoir nombreux dans les mois à venir!
JF Cantin, coprésident canadien * Keith Robinson, coprésident américain

Nouvelles de l’étude

L’aspect humain de l’inondation
Une équipe de recherche de l’Université de Montréal aide l’étude à mieux comprendre la dimension sociale des inondations, y compris les effets émotionnels ressentis au cours d’une inondation majeure comme celle survenue en 2011. Les données de recherche fournissent une perspective importante sur les défis auxquels font face les populations vulnérables, comme les personnes âgées, dans les régions du bassin sujettes aux inondations, ainsi que sur les risques pour les routes, les bâtiments et les services importants comme les soins de santé. L’analyse des données statistiques, combinée aux comptes rendus des citoyens, permettra à l’étude de proposer des actions pour bâtir des communautés plus résilientes. Le Rapport sur les causes et les répercussions de l’étude, qui devrait être publié plus tard cette année, contiendra plus de détails sur cette recherche.
 
L’arpentage aide à prédire les dommages futurs causés par les inondations
L’étude utilise des données recueillies dans le cadre d’un arpentage de 1 150 maisons réparties dans 14 municipalités du Québec pour prévoir les répercussions économiques des dommages causés par les inondations futures et déterminer comment de possibles mesures d’atténuation pourraient minimiser les dommages éventuels. L’enquête, qui s’est déroulée d’octobre à décembre 2018, a couvert 425 kilomètres carrés dans les zones les plus vulnérables et les plus sujettes aux inondations de la vallée du Richelieu. Les arpenteurs ont pris des mesures externes de la hauteur du rez-de-chaussée et de la plus basse ouverture de la résidence, en notant si la résidence avait un ou deux étages et un sous-sol (aménagé ou vide sanitaire). Les données du sondage sont confidentielles et ne serviront qu’à guider les décisions du groupe d’étude en ce qui concerne les mesures d’atténuation possibles.

Se concentrer sur le changement climatique
Plus tard ce mois-ci, des scientifiques et d’autres professionnels se joindront à des experts de l’étude pour discuter des effets du changement climatique sur les mesures d’atténuation potentielles en cours d’élaboration. Vous trouverez des nouvelles de cet atelier dans le prochain numéro de Le Courant.

Membres
Pete Laflamme, directeur de la Division de la gestion des bassins hydrographiques du Vermont Department of Environmental Conservation, a remplacé Louis Porter comme membre du groupe d’étude américain. Voir tous les membres du groupe d’étude.

Nouveau sur le Web
Avez-vous vu la nouvelle vidéo sur les inondations au lac Champlain et dans la rivière Richelieu? Nous avons également ajouté une nouvelle série de fiches d’information et la présentation PowerPoint des réunions publiques de novembre 2018. Pour voir ces produits et d’autres, cliquez sur Bibliothèque sur le site Web de l’étude.

 Calendrier
Saviez-vous que les réunions du Conseil d’étude et les autres activités publiques sont affichées sur notre site Web? Consultez ces événements publics et les événements publics à venir sous Calendrier sur la page d’accueil.

La participation du public est une partie importante du processus d’étude. Vous voulez savoir comment vous pouvez prendre part à la conversation? Envoyez-nous un courriel à lcrr@ottawa.ijc.org.

Articles semblables

Début