); ga('send', 'pageview');
Section
Accueil > Actualités > Conférence de presse – 11e édition des Causeries Champlain les 5 et 6 juin prochain

Conférence de presse – 11e édition des Causeries Champlain les 5 et 6 juin prochain

M. le maire Yves Corriveau de Mont-Saint-Hilaire, Mme Diane Lavoie, mairesse de Beloeil et M. Hubert Chamberland, président fondateur du COVABAR ont beaucoup de plaisir suite à la conférence de presse lançant la 11e édition des Causeries Champlain.
M. le maire Yves Corriveau de Mont-Saint-Hilaire, Mme Diane Lavoie, mairesse de Beloeil et M. Hubert Chamberland, président fondateur du COVABAR

Thème : L’aménagement du territoire et ses impacts sur la ressource eau

Beloeil, le 13 mars 2019 – L’organisation de bassin de la rivière Richelieu et de la Zone Saint-Laurent, l’OBV COVABAR, tiendra, en collaboration avec les villes hôtesses de Beloeil et Mont-Saint-Hilaire, la onzième édition des Causeries Champlain, les 5 et 6 juin prochain.

Lors des deux journées de débat public sur les impacts qu’a l’aménagement du territoire sur la ressource eau, le monde municipal, agricole préoccupé par la question de l’eau sont invités, à échanger avec des spécialistes et décideurs sur les défis que représentent l’aménagement du territoire tant urbain qu’agricole dans la vallée du Richelieu et sur les berges du Saint-Laurent

Plusieurs spécialistes ont déjà confirmé leur présence aux Causeries Champlain dont monsieur Luc Castonguay, Directeur Service de l’urbanisme, de l’environnement et du développement économique à la Ville de Saint-Jean-sur Richelieu, monsieur Christian Saint-Jacques, président de l’UPA Montérégie, monsieur Julien Poisson, directeur de programme à Conservation de la nature Canada et monsieur Émile Gilbert-Grenon, conseiller à la ville de Mont-Saint-Hilaire spécialiste en environnement. Monsieur Jean-François Girard, avocat spécialisé en droit de l’environnement animera les deux journées.

À l’occasion de cette onzième édition des Causeries Champlain, dix ans après la signature de la Charte de jumelage entre les responsables du fleuve Charente et de la rivière Richelieu, le président du COVABAR, Hubert Chamberland, souligne que des conversations seront alors amorcées sur la pertinence de mettre en place des unités de voisinage regroupant des citoyens préoccupés par la valorisation de l’eau, tout en permettant une sensibilisation mutuelle et l’adoption de gestes quotidiens contribuant à améliorer la qualité de notre eau en amont des principaux cours d’eau de notre territoire de bassin ! – et il ajoute : «… Je suis persuadé que nos collègues de la Charente, en raison de leur dynamique singulière, contribueront à livrer un apport significatif dans le cadre de ces conversations. »

« Nous avons la chance à Beloeil d’avoir un panorama grandiose et splendide grâce à la rivière Richelieu, un joyau naturel qui fait le bonheur de nos citoyens. Évidemment, un tel cadeau de la nature vient avec des responsabilités et nous sommes bien conscients, à la Ville de Beloeil, d’où l’importance de la saine gestion de l’eau au quotidien. Le développement et la gestion intégrée des ressources liées à l’eau sont au cœur de nos priorités, comme en témoigne différents projets réalisés et à venir », indique Madame Diane Lavoie, mairesse de la Ville de Beloeil et préfète de la M.R.C. de la Vallée-du-Richelieu.

Le maire de Mont-Saint-Hilaire, Yves Corriveau, est fier de recevoir un événement de la qualité des Causeries Champlain sur le territoire hilairemontais. « La Ville de Mont-Saint-Hilaire est située à flanc de montagne, aux abords de la rivière Richelieu. Elle est entourée de nature, un contexte géographique privilégié pour le rayonnement de la faune et de la flore locales, » mentionne monsieur le maire Yves Corriveau. « Ainsi, il va de soi que la Ville soit un chef de file en matière de préservation des milieux naturels, qui comprennent notamment les milieux humides et hydriques, » conclut monsieur Corriveau.

Le COVABAR

Le comité de concertation et de valorisation du bassin versant de la rivière Richelieu a pour mission de mettre en place la gestion intégrée des ressources en eau (GIRE) pour le développement durable de l’ensemble de son territoire qui comprend également toute la rive-sud du fleuve Saint-Laurent de Brossard à Sorel-Tracy.

Le COVABAR, en étant le maître d’œuvre du Plan directeur de l’eau, veille à la pérennité de la ressource eau et de ses usages en effectuant des études permettant de constater l’état actuel de la ressource, d’évaluer l’impact de l’activité humaine et de proposer des solutions durables et concertées en vue de la protéger, et en rendant publics les résultats de ces études.

Le COVABAR a également les mandats suivants :

Éduquer, sensibiliser et informer la population et les acteurs de l’eau (riverains, municipalités, agriculteurs, écoles, commerces, industries, secteur forestier, etc.) sur l’importance de préserver la ressource en eau et les écosystèmes associés en offrant des formations, conférences et autres présentations publiques, ainsi qu’en produisant et diffusant des documents proposant des mesures concrètes ayant une incidence favorable sur l’environnement.

Protéger la ressource en eau et les écosystèmes associés sur le territoire d’intervention du COVABAR en effectuant la restauration d’habitats et en menant des activités d’aménagement et de revitalisation des berges.

Assurer la concertation, principalement auprès des élus municipaux et des producteurs agricoles, en les invitant à faire état des problèmes et des solutions retenues pour protéger la ressource eau par des séances d’information et d’éducation auprès de la population du territoire sous la responsabilité du COVABAR.

Organiser et animer des regroupements de citoyens en amont des tributaires du fleuve St-Laurent et de la rivière Richelieu sur l’ensemble du territoire sous la responsabilité de la personne morale de manière à sensibiliser, éduquer et responsabiliser les citoyens et citoyennes sur l’urgence d’améliorer la qualité de la ressource d’eau douce, de valoriser les milieux humides et de protéger les prises d’eau potable.

Réaliser des aménagements et diffuser l’information relativement aux berges des cours d’eau et aux milieux humides adjacents aux aires de protection des poissons reconnus comme espèce menacée selon la loi canadienne sur les espèces en péril, tel le chevalier cuivré, espèce en voie de disparition dont les frayères et l’habitat se situent principalement sur le territoire du COVABAR.

-30-

Pour information :                  

Jean-François Savoie

Responsable des communications

Tél. : 450 446-8030

Cell. : 514 212-4421

Jf.savoie@covabar.qc.ca

Articles semblables

Début