Selon le PDE, la problématique se définit dans la zone de gestion intégrée de l’eau par les éléments suivants. À l’image du reste du Québec, la consommation d’eau est élevée sur le territoire du bassin versant de la rivière Richelieu et de la zone Saint-Laurent. Cependant, en examinant le bilan de 2011, qui est plus complet, on observe que seulement 12 municipalités sur les 48 ayant des données disponibles ont une distribution par habitant par jour supérieure à 622 l/(pers*d). On peut donc dire qu’au moins 36 municipalités contribuaient à abaisser la moyenne québécoise en 2011.

En plus de la surconsommation d’eau, les pertes d’eau dues aux fuites dans les réseaux de distribution constituent un facteur déterminant pour la quantité d’eau distribuée. Sur le territoire du bassin versant de la rivière Richelieu et de la zone Saint-Laurent, les pertes d’eau potentielles par fuites sont présentes dans de nombreuses municipalités (section C.3.5 du Portrait). (Référence au PDE Diagnostic p.26)

Le prélèvement, le traitement et la distribution de l’eau potable engendrent des coûts pour les municipalités et pour les contribuables. Chaque litre d’eau perdu ou consommé inutilement constitue un coût supplémentaire inutile. La surconsommation et les pertes par fuites font en effet augmenter les coûts liés au traitement et à la distribution de l’eau potable. (Référence au PDE Diagnostic p. 33)

Causes

Selon le PDE, la problématique est causée par les éléments suivants dans la zone de gestion intégrée de l’eau. Les consommateurs d’eau potable sont multiples sur le territoire. Le milieu résidentiel est le secteur qui consomme le plus d’eau, mais certaines industries en consomment aussi énormément, ce qui peut avoir pour effet que la quantité d’eau distribuée par personne par jour paraisse très élevée pour une municipalité sans que les citoyens soient de plus grands consommateurs d’eau potable qu’ailleurs. D’où l’importance de connaître la consommation d’eau par secteur, ce que permet l’installation de compteurs d’eau.

Certains usages ne sont pas essentiels et doivent être visés lorsqu’il est question de réduire la consommation d’eau potable. D’abord, les usages extérieurs résidentiels, qui peuvent atteindre 50 % de la consommation de ce secteur en période estivale, sont généralement non essentiels ou, du moins, pourraient être faits à l’aide d’eau non potable.

Certaines installations et infrastructures consomment inutilement beaucoup d’eau. C’est le cas par exemple des systèmes réfrigérants, des douches et des toilettes. L’eau utilisée pour les toilettes, les bains et les douches constitue environ 65 % de la consommation d’eau résidentielle intérieure. L’utilisation d’accessoires de plomberie efficaces est un moyen simple d’économiser des volumes significatifs d’eau potable. Une utilisation non responsable de l’eau, qui peut être due à un manque d’éducation et de sensibilisation de la population, peut augmenter la consommation de l’eau potable. 

Les pertes par fuites dans les réseaux de distribution constituent aussi une cause de la distribution élevée d’eau potable. (Référence au PDE Diagnostic p. 32)

Les actions du PDE qui découlent de cette problématique

Orientation : 5.1 Favoriser une utilisation responsable de l’eau potable

Objectif : 5.1.1 Diminuer la consommation d’eau potable non nécessaire

Cité dans autre problématique Libellé de l’action Action du PDE approuvé ? État d’avancement de l’action (Complétée, En cours, Reportée, Abandonnée, Prévue) Territoire concerné Maître d’œuvre
Remplir les obligations de la Stratégie québécoise d’économie d’eau potable Oui En cours Tout le territoire Municipalités
Mettre en place des programmes de détection des fuites pour les réseaux d’aqueducs des municipalités et s’assurer que les fuites sont réparées (si applicable dans le cadre de la Stratégie québécoise d’économie d’eau potable) Oui En cours Tout le territoire Municipalités
Sensibiliser les citoyens : -programme d’économie d’eau potable -activité de sensibilisation pour les jeunes (ex. Chemin du poisson jaune) -Brigade verte Oui En cours Tout le territoire Municipalités COVABAR Citoyens MAMH Réseau-Environnement