Selon le PDE, la problématique est causée par les éléments suivants dans la zone de gestion intégrée de l’eau. Les activités anthropiques jouent un rôle d’amplificateur du phénomène dans le bassin versant de la rivière Richelieu et de la zone Saint-Laurent.

Plusieurs secteurs souffrent d’une forte érosion. En milieu agricole, le décrochement est le phénomène qui prédomine, suivi de près par le ravinement. En milieu urbain, les berges sont surtout sujettes aux décrochements. Plus du tiers des berges caractérisées montrent des problèmes d’érosion, et ces résultats pourraient être optimistes, car la présence de végétation riveraine ou aquatique à certaines périodes de l’année peut entraîner une appréciation erronée du phénomène. Les terres agricoles sont touchées par l’érosion hydrique et éolienne. On remarque aussi d’importants ravinements dans les champs.

Le batillage (remous provoqué par la marche d’un bateau ou par le vent et qui cause la dégradation des berges) est également observé sur le territoire. Celui-ci est amplifié dans les zones de navigation. Ce type d’érosion est très important dans le secteur des îles de Varennes, Verchères et Contrecœur (zone Saint-Laurent), où la navigation et le niveau des eaux sont les facteurs déterminants du taux d’érosion des berges. Aussi, le recul des rives peut atteindre jusqu’à 3 m en moyenne par année à certains endroits, comme aux îles de Boucherville.

De plus, 70 % des bandes riveraines du secteur situé entre les villes de Varennes et de Sorel ont été fortement érodées par le batillage. Ce type d’érosion affecte aussi les rives de la rivière Richelieu. Ce phénomène est notamment observé sur les berges des municipalités de Saint-Marc-sur-Richelieu et Saint-Charles-sur-Richelieu, ainsi que sur les rives des îles Jeannotte et aux Cerfs. (Au besoin, voir section du diagnostic du PDE à la page 50.)

L’érosion peut altérer la qualité de l’eau en augmentant l’apport en sédiments au cours d’eau. Ainsi, les sédiments, les matières en suspension, les éléments nutritifs (phosphore, azote), les herbicides et les autres polluants chimiques apportés par l’érosion altèrent les propriétés physicochimiques et biologiques des cours d’eau (voir section sur les problématiques associées à la qualité de l’eau).

Les berges non stables (érodées) et ne possédant pas de couverture végétale adéquate sont plus susceptibles de se détacher en raison de la fragmentation et de la fissure des roches causées par l’action du gel et du dégel au printemps et au cours de l’hiver. Ce phénomène est cependant peu étudié sur le territoire. (Au besoin, voir la section Diagnostic du PDE à la page 51.)

Les activités anthropiques jouent un rôle d’amplificateur du phénomène dans le bassin versant de la rivière Richelieu et de la zone Saint-Laurent.

CAUSES

Les activités anthropiques jouent un rôle d’amplificateur du phénomène dans le bassin versant de la rivière Richelieu et de la zone Saint-Laurent. Les activités agricoles du bassin versant de la rivière Richelieu sont en partie responsables de la dégradation et de l’érosion des berges, en raison du non-respect de la bande riveraine et du redressement des cours d’eau.

 L’artificialisation des berges dans le bassin de la rivière Richelieu et de la zone Saint-Laurent est la principale source d’érosion associée à la forte urbanisation et aux travaux faits par les propriétaires riverains dans le but paradoxal de diminuer l’érosion de leur terrain. Les enrochements, les murs de soutènement, les remblais et les surfaces gazonnées ont en effet dégradé ou complètement décimé les bandes riveraines de ces secteurs. De plus, l’augmentation des précipitations en milieu urbain liée aux changements climatiques pourrait contribuer à l’augmentation de l’érosion par la formation de canaux de ruissellement s’écoulant vers les cours d’eau.

La disparition et la fragmentation des milieux humides sont le principal résultat du développement résidentiel, industriel et agricole. Cette perte végétale augmente le phénomène d’érosion par l’augmentation du ruissellement et la diminution du temps de rétention et d’infiltration des eaux de pluie.

Le sillage des bateaux à moteur augmente la fréquence des vagues qui déferlent contre les rives, lesquelles finiront par décrocher du talus à cause de l’érosion. Ceci a des conséquences, notamment en ce qui a trait à la sécurité routière, car des glissements de terrain peuvent survenir lors du décrochement d’une bande riveraine longeant l’une des routes de la rivière Richelieu (133 et 223). Ce type d’érosion fait aussi augmenter la concentration des matières en suspension et la turbidité des cours d’eau.

Un autre facteur contribuant à l’érosion est l’application déficiente de la Politique de protection des rives, du littoral et des plaines inondables (PPRLPI), qui régit la largeur de protection des bandes riveraines en milieu agricole et urbain ainsi que les travaux susceptibles de les détériorer (remblayer, canaliser, creuser, prélever du gravier, construire des barrages ou des digues, etc.) (PPRLPI; L.R.Q., c. Q-2, r. 17.3). Or, si toutes les municipalités ont adopté cette politique, les données sur le terrain indiquent la présence de bandes riveraines non conformes à la PPRLPI (au besoin, voir la section Diagnostic du PDE, à la page 51)

 

Les actions du PDE qui découlent de cette problématique
Orientation :
Réduire les sources de pollution diffuse
Objectif :
1.2.1 Diminuer la charge de contaminants apportés aux cours d’eau provenant du milieu agricole
Cité dans autre problématique Libellé de l’action Action du PDE approuvé ? (Oui/Non) Si oui : ajouter la référence/numéro d’action du PDE approuvé État d’avancement de l’action (Complétée, En cours, Reportée, Abandonnée, Prévue) Territoire concerné Maître d’œuvre (en inscrire plusieurs au besoin)
11-13-18-20 Stabiliser et revégétaliser les bandes riveraines dégradées du territoire Oui En cours Tout le territoire Fédération de l’UPA de la Montérégie COVABAR Producteurs agricoles CCAE Municipalités MRC
11-13-18-20 Coordonner un projet collectif de gestion de l’eau dans le bassin versant -mobilisation des producteurs agricoles et du milieu municipal -changement de pratiques -réalisation d’aménagements (bandes riveraines, ouvrages hydro-agricoles, etc.) Oui En cours Tout le territoire Fédération de l’UPA de la Montérégie COVABAR MAPAQ, MELCC Producteurs agricoles Municipalités MRC CCAE NAQ Association du mont Rougemont
11-13-18-20 Réaliser la caractérisation des bandes riveraines du territoire oui En cours Tout le territoire PleineTerre COVABAR Fédérations de l’UPA de la Montérégie Producteurs agricoles Municipalités MRC
11-13-18-20 Soutenir les producteurs agricoles désirant adopter des pratiques agroenvironnementales (implanter des bandes riveraines élargies, des haies brise-vent et des ouvrages de conservation des sols) Oui En cours Tout le territoire CCAE COVABAR MAPAQ
11-18 Réaliser un projet permettant d’outiller les riverains face aux problèmes d’instabilité de talus, de décrochement et de ravinement des berges grâce à l’élaboration de devis types Oui Terminé MRC Rouville MRC de Rouville Comité de conservation des sols de la MRC de Rouville Municipalités Propriétaires OBV Yamaska COVABAR  
Orientation :
Réduire les sources de pollution diffuse
Objectif :
1.2.3 Favoriser un aménagement durable du territoire urbain
11-13-18-20 Réaliser des aménagements riverains dans les parcs municipaux Oui En cours Tout le territoire Municipalités Organismes de conservation COVABAR
11-13-18-20 Réaliser des aménagements riverains chez les citoyens ayant une propriété en rive Oui En cours Tout le territoire Municipalités Organismes de conservation COVABAR
Orientation :
2.1 Assurer une gestion des zones inondables du territoire
Objectif :
2.1.2 Conserver et mettre en place des zones tampons supplémentaires pour les cours d’eau
7-18 Instaurer des zones tampons Oui En cours Tout le territoire Organismes de conservation Municipalités
Orientation :
3.2 Protéger et améliorer l’habitat du poisson
Objectifs :
3.2.1 Favoriser la conservation et la restauration d’espaces boisés et de bandes riveraines en bordure des plans d’eau
3.2.2 Préserver l’habitat des espèces de poissons menacées
11-13-18-20 Corridor Vert et Bleu (développement d’un projet de corridor permettant la conservation et l’aménagement de bandes riveraines pour l’ensemble du bassin versant de la rivière Richelieu) Oui Abandonné BV de la rivière Richelieu MFFP COVABAR MRC Municipalités CNC
Orientation :
4.1 Stimuler le développement récréotouristique durable associé à l’eau
Objectif :
4.1.3 Promouvoir une activité de navigation durable
11-20-21 Mettre en place une réglementation afin de diminuer la vitesse et le bruit des embarcations sur la rivière Richelieu Oui En cours BV de la rivière Richelieu MRC riveraines Municipalités Garde côtière Service de police COVABAR

Orientation :
6.1 Sensibiliser tous les publics à la protection de l’eau

Objectif :
6.1.1 Organiser des activités et des événements de sensibilisation

18-20 Organiser des ateliers thématiques
* permettant de sensibiliser et de former le public et de diffuser l’information  
*Cibler le milieu agricole (bonnes pratiques agricoles, protection des bandes riveraines)
*Cibler le milieu municipal (pratiques durables en milieu urbain, conservation des milieux humides)
*Cibler les citoyens (bonnes pratiques, consommation de l’eau potable)
*Cibler les industries (petits commerces et grandes entreprises/consommation de l’eau potable, protection de l’eau et des écosystèmes), etc. 
Oui En cours Tout le territoire COVABAR Milieu agricole Municipalités Ministères Entreprise CCAE Groupes environnementaux Chambre de commerce